Enfin, je continue mon blog...

Désolé de na pas l'avoir fait avant, mais pas envie... sur place, c'était "en direct", c'était excitant, mais une fois rentré en France, ce n'est plus la même chose.

******

Le soir du 7, après le temple visité de nuit, je suis allé à l'hôtel que j'avais réservé, le Fujita.

Img_8416

Après une bonne nuit de sommeil, je me suis réveillé tôt et me suis promené le long de la rivière qui parcourt Kyōtō du nord au sud, la Kamogawa, et qui longe mon hôtel.

Img_8435

Les joggeurs peuvent traverser sur des "pas japonais" géants !

Img_8420

Img_8429

Img_8438

*******

J'avais rendez-vous au temple Saihō-ji à 10h précises, pour une cérémonie, suivie de la visite libre des jardins.

Ce temple possède le plus célèbre jardin de mousse du Japon : élaboré au XIVe siècle, c'est une vaste étendue boisée, dont le sol est entièrement recouvert de mousses, de 120 variétés différentes !

C'est pourquoi il est plus connu sous le nom de Kokedera, temple de mousse. L'étang, en son centre, à la forme de l'idéogramme chinois qui signifie "coeur".

Pour pouvoir le visiter, il faut s'inscrire au moins 10 jours avant, en faisant une demande avec son nom, le motif de la visite, etc... ; j'avais fait cette demande sur une carte postale double, géniale invention japonaise :  on écrit sur une partie, on replie en deux, et la réponse est envoyé sur la deuxième partie, qui est déjà affranchie !

Et voici ma réponse

Img_8097

J'ai pris un taxi de mon hôtel, et comme j'étais en avance, j'ai visité un autre temple, Kegon-ji.


Pour y accéder, il faut monter un long escalier de pierre ; c'est là que j'ai vu le plus beau lézard de ma vie : superbe !

Img_8455

Dans ce temple, on élève environ 50'000 crickets par an ! Le temple comporte un sanctuaire dédié à tous les insectes. Les crickets ont donné son surnom à ce temple, Suzumuchi-dera (suzumuchi est le nom japonais des criquets, et veut dire 'insecte pur', à cause du son de cloche qu'émet cette espèce de criquet)

A l'entrée se trouve un jizō à sandales, très vénéré. On dit qu'il peut exhausser un vœu par personne, quel qu'il soit. Faites un vœu en tenant l'amulette achetée dans le temple, et après que le vœu s'est réalisé, vous devez revenir remercier ce jizō.

Img_8460


Img_8461

Vu le nombre d'offrandes, les voeux doivent effectivement se réaliser !

Img_8462

En chemin vers Saihō-ji, il y avait un maison avec cette fenêtre absolument unique, faite dans les circonvolution d'une branche ou d'une racine.

Img_8464

*******

Et me voici donc au Kokedera (temple de mousse), de son officiel Saihō-ji.

Img_8536

Img_8534

La cérémonie à lieu dans le sanctuaire du temple ; pour y accéder, on doit, comme toujours, se déchausser.

Img_8475

On s'assied devant une petite table, sur laquelle est le texte (en japonais !) des soutras (incantations) que l'on va devoir chanter, une petite ema sur laquelle on écrit un vœu, et un pinceau et de l'encre de chine pour écrire le vœu.

Img_8478

Le tout dure une vingtaine de minutes, après quoi, on va dans le fameux jardin.

Et là, c'est extraordinaire ! la diversité des textures et des couleurs des différentes mousses dessine des paysages improbables, avec vallons et montagnes !

Img_8487

Img_8516

Le feuillage des arbres crée des zones d'ombres et de soleil qui chatoient et rendent le tout encore plus incroyable !

Img_8509

Img_8491

Img_8519

L'étang central compte plusieurs îles reliées au 'continent' par des ponts recouverts eux aussi de mousses.

Img_8489


Img_8503

Plusieurs maisons de thé jalonnent le parcours.

Img_8522

Des jardiniers œuvrent pour enlever la moindre feuille sur les mousses ; leurs 'outils' abandonnés le temps d'une pause.

Img_8513

Ombre sur la mousse.

Img_8531

Et une " île " fantomatique, irréelle, sublime, comme balayée par une houle de mousse.

Img_8521

*******

Quittant le temple, j'ai pris le bus pour aller dans le quartier tout proche d'Arashiyama.

Le Horin-ji, datant du XIVe siècle, compte un pagode en plus des bâtiment du temple.

Img_8544

Img_8538

Img_8540

Img_8543

Comme il était déjà presque 14h, j'ai mangé dans un petit restaurant du coin : soba (nouilles de sarrasin froides : délicieux ) et tempura (friture légère de légumes et crevettes)

Img_8550

Img_8552

Arashiyama est le pont de départ de nombre d'excursions en train ou bateau sur la rivière Hozu et de visites de sites protégés.

Img_8558

Img_8559

Img_8560

Au hasard de la traversé du pont, j'ai eu la chance de tomber sur deux toutes jeunes maiko, que j'ai eu l'autorisation de photographier.

Img_8565

Img_8566

Mais le but réel de cette visite est le Tenryu-ji, inscrit lui aussi au patrimoine mondial de l'Unesco.

Ce temple zen a un jardin du XIVe siècle d'un beauté rare, avec un étang magnifique, planté de pierres, avec comme toile de fond les montages. Ce jardin a été créé par le même prêtre que le jardin de mousse du Saihō-ji.


Img_8581

09_kyoto_tenryu_ji

 

Img_8588

Le nom du temple veut dire 'temple du dragon céleste', et en effet, il y a des panneaux peints représentant des dragons absolument somptueux.

Img_8590

Les différents bâtiments du temple sont reliés par un couloir couvert, en bois.

Img_8599

Img_8596

Img_8594

Img_8597

Dans l'étang se jette une "chute d'eau sèche", une suite de pierres en cascade, fameuse.

Img_8585

Img_8588_2

C'est là que j'ai eu la chance de faire cette photo magnifique, tant dans les proportions que dans les jeux d'ombres et lumière. C'est un pur hasard, mais le hasard fait bien les choses !

Img_8601